La Banque Postale ou "Le règne du Harcèlement Moral"

Publié le par LegolasValar37

 

Quelle belle entreprise que La Poste des "temps modernes" !

 

Et nous, ses clients, permettons qu'elle assujettisse ses employés de façon si féodale que "l'humain" en est le dernier de ses soucis!!!

 

Il suffit d'en lire les conséquences dans cet article ; c'est aussi un témoignage poignant du désarroi qui plonge l'être dans le néant :  

http://ods-entreprises.fr/peut-on-arreter-les-suicides-en-serie-a-la-poste/

 

Visitez aussi le Forum des Postiers : les témoignages qui y circulent sont éloquents :    

http://ods-entreprises.fr/peut-on-arreter-les-suicides-en-serie-a-la-poste/

 

Mais l'affaire qui me tient à coeur est celle que vous connaissez maintenant bien. Il s'agit de M. BEZARD, conseiller financier d'un bureau de la ville de Tours (37), qui en est le sujet central. (éventuellement, je vous invite à reprendre les premiers articles relatant les faits).

 

Voici un petit état des lieux sur le différent qui l'oppose à La Poste.

 

Après une mise à pied conservatoire de 4 mois en début d'année 2011 (que nous avons vécue ensemble) pour "atteinte à la probité et à la déontologie bancaire", puis un conseil de discipline réuni à Paris début juin proposant la non-révocation assortie d'une mise à pied de 24 mois dont 18 avec sursis entérinée par le décideur avec prise d'effet de septembre 2011 à février 2012, Paul n'a pas pu reprendre ses fonctions de conseiller financier à Champ-Girault comme celà aurait normalement dû se passer. (désolé pour cette phrase un peu longue).

 

En effet la direction locale de la poste - donc à Tours - estimait qu'une "reprise de fonction" dans son affectation actuelle, "compte tenu des faits reprochés", n'était pas envisageable. Un surenchérissement local à la punition nationale!!!

 

Il faisait donc l'objet d'une "mutation d'office dans l'intérêt du service", au sein de la plate-forme de distribution du courrier de Saint Pierre des Corps-service consommateurs : une réelle mise au placard, dans une pièce sans fenêtre de 2,5mx3,5m, avec une table, une chaise, un téléphone et un ordinateur bloqué sur la page INTRANET des offres d'emploi de La Poste.

 

Dans le même temps, sa carte d'accréditation de conseiller financier lui était également retirée et deux nouvelles missions lui étaient fixées (là, il y aurait de quoi faire quelques commentaires):

 

  • poursuite de sa démarche vers une intégration dans une collectivité territoriale avec tout le temps nécessaire et le bénéfice d'indemnités éventuelles accordés!!!

  • activité HSCT

 

Un bel exemple de harcèlement moral que l'on qualifierait dans certain milieu de "guerre psychologique"!

 

Paul n'a vécu ces épreuves que par un soutien sans faille de son épouse et de ses enfants.

 

Ne baissant pas les bras il a choisi, par force évidemment, une reconversion que la Poste était tenue de lui accorder, moyennant à nouveau bien entendu une baisse de salaire.

 

Malgré toutes ces "persécutions", qui en auraient fait sans doute plier plus d'un d'entre nous, Paul décida de poursuivre la Poste au Tribunal Administratif.

 

La Poste répliqua 2 jours avant la fin du délai accordé (de 6 mois) pour répondre au dossier de plainte rédigé par l'avocat de Paul.

 

Le but de ce petit "jeu" est évidemment de saper le moral des individus, de lasser l'entourage de la "victime" et d'anéantir les éventuels "soutiens".

 

Par ailleurs, à AUCUN moment, Les dirigeants du Bureau de Poste où travaillait notre conseiller financier n'ont cru bon d'informer ses Clients de cette situation, quitte à MENTIR à certains d'entre eux en prétendant que M. Bezard avait demandé sa mutation dans un autre lieu géographique.

 

Il faut savoir aussi que quelques clients ont quitté la Poste, non pas parce qu'ils doutaient de l'honnêteté de leur conseiller financier, mais au contraire pour manifester leur profond désaccord suite à sa non-réintégration immédiate à son poste!

 

(Ce qui visiblement n'a pas ému un personnel de direction éduqué pour considérer personnels, famille ou clients comme du menu fretin du haut de sa "splendeur")

 

Nous, les clients de Paul BEZARD , devons nous unir pour convaincre, en cas de besoin, le tribunal administratif que la décision de la Poste de priver M. Bezard de son affectation actuelle à cause des faits reprochés et de la "mutation d'office dans l'intérêt du service", est parfaitement abusive!

 

Paul Bezard n'a jamais eu autant besoin de nous qu'en cet instant.

 

    Je sais que vous souhaitez comme moi qu'il retrouve son poste pour reprendre la gestion de nos dossiers avec la compétence, le savoir faire et le savoir être qui nous faisaient tenir la Poste, à travers lui, en si haute estime.

Je suis donc convaincu que  vous serez nombreux à vous mobiliser pour cette JUSTE CAUSE

 

Bien cordialement à tous. 

 

     

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article